Le régime auto-entrepreneur dans la tourmente !

emploi auto entrepreneurLa remise en cause du régime auto-entrepreneur, (en tout cas pour son « utilisation » dans le cadre d’une « activité principale »), viendra très certainement dès septembre 2013, bouleverser les ambitions d’entreprise, de nombreux candidats !  🙄

Cette réforme, au regard de la volonté du Gouvernement de mettre en place « rapidement » de nouvelles règles à ce statut (pour ceux qui l’utilisent de façon permanente), devrait donc à la prochaine rentrée, venir remettre en question ce providentiel régime auto-entrepreneur qui, depuis 2008 a permis l’éclosion de nombreuses petites entreprises.

Un régime auto-entrepreneur plébiscité par les « volontaires à la création d’entreprise » 

À ce constat « défaitiste » sur cette question de remise en cause du régime auto-entrepreneur, n’oublions pas tout de même pour sa défense, que depuis 2009 la moitié des entreprises créées est le fait d’auto-entrepreneurs. Ce qui montre clairement la dynamique qui anime nombre de français, pour l’entrepreneuriat ! 

Certes, nous avons conscience que « créer sa boite » n’est pas à la portée de toutes et de tous. Comme il n’est pas non plus « facile », de maintenir le cap pour que celle-ci « vole de ses propres ailes » et ait le bénéfice d’une pérennité qui ferait la fierté du créateur.

Comme toutes périodes de crise, des difficultés surgissent et bien des personnes se retrouvent sur « le carreau ». Mais ces temps de crises comme celle que nous vivons depuis plusieurs années, est aussi une opportunité de se remettre en question et d’avancer pour sortir la tête de l’eau.

Il faut encourager la création de ce que l’on peut définir comme un « emploi auto entrepreneur« , car c’est bien de cela qu’il s’agit :

  • Créer avant tout son propre emploi pour soi et ensuite développer son leadership afin de devenir ce leader 😀 qui aura cette indispensable « maturité de gestion » qui lui permettra d’atteindre :
  1. Ses objectifs en terme de succès commerciaux
  2. Son projet de développement de l’entreprise et éviter les écueils 
  3. L’emploi suffisant d’employés (Si tel est l’objectif de ce leader et bien sûr…, le besoin de l’entreprise)

Je sais, ce ne sont pas les défaillances d’entreprise en hausses depuis 2010 qui viendront adoucir les difficultés rencontrées par tous les candidats à la liberté d’entreprise.

D’ailleurs, que lesdites entreprises aient ou non été créées grâce au régime auto-entrepreneur, ne change rien à la problématique de la création et du développement d’entreprises en France.

Entrepreneur of the Year

Ayez le courage de suivre votre cœur et votre intuition. L’un et l’autre savent ce que vous voulez réellement devenir. Le reste, est secondaire. 

Steve Jobs. Stanford en 2005

Qui ne tente rien n’a rien, mais avec le régime auto-entrepreneur, il est permis de croire que la réussite est possible

Et oui, propulser en avant (son) « emploi auto entrepreneur« , représente encore un véritable « eldorado » pour de nombreux candidats qui souhaitent changer leur « pauvre & forcé exil social actuel ».

Idem pour ceux et celles qui ont la fibre d’entreprise, sans pour autant viser une réussite internationale. Souvent, il s’agira de réussir déjà, à obtenir un chiffre d’affaires qui permet en retour de recevoir un « juste salaire »…, pour vivre décemment.

Pour beaucoup aussi, se sera une option plus valorisante que celle de la fatalité du chômage, de l’assistanat, pire…, de l’entrée dans une lourde précarité d’où il sera très difficile de sortir.

Cette réforme est donc attendue dans les mois qui viennent. Pour autant, saura-t-elle maintenir l’énergie d’entreprise dans le cœur des Français ? Là, est la question ! (?) 🙄

Toute initiative d’entreprise comprend des risques, cependant, n’oublions pas que ce régime auto-entrepreneur,  représente une vraie alternative à la création d’une entreprise classique « pure et dure ». Il offre cette liberté « d’essayer » tout en ayant le droit de se tromper ou d’échouer, mais sans risquer de perdre gros.

Il est une « porte de secours » commune à autant de salariés qui ont le moral au plus bas, marrent d’être sous-payés, mal considérés, mal notés et dont les ambitions de gravir les échelons se voient reléguées au fin fond des priorités de leur employeur…, a tort ou à raison !

Le régime auto-entrepreneur sur le grill et des propositions qui scelleront bientôt son sort 

Concrètement et dans l’attente des conclusions attendues d’ici l’été, quelles sont les propositions du Gouvernement et à quelle sauce « probable » sera mangé le futur auto-entrepreneur à la rentrée 2013 ? :

  • L’utilisation du régime auto-entrepreneur sous sa forme complémentaire et pour une activité secondaire « devrait » rester inchangée : 
  1. Sans limitation de durée.
  2. Ce qui permettra aux personnes qui ont des revenus modestes (chômeurs, retraités, étudiants, etc..), de se constituer un revenu d’appoint ».
  • Par contre, pour ceux et celles qui feraient du régime auto-entrepreneur une activité principale de manière régulière (plein temps) :
  1. L’utilisation de ce statut devrait être limitée dans le temps
  2. Une obligation de déclaration de qualification et d’assurance pour renforcer la transparence et l’information dues aux clients
  3. Obliger l’auto-entrepreneur après deux ans d’activité, à faire un choix sur l’avenir de son entreprise
  4. Une mesure qui s’accompagnera très certainement d’un soutien (accompagnement) au développement, mais surtout…, d’un relèvement des cotisations sociales.  😥

Une chose est certaine cependant :

  • Cette réforme sur le régime de l’auto-entrepreneur, alimente à juste titre les conversations des deux camps :
  1. Les « Opposés » à ce remaniement, qui voient là, un frein à leurs ambitions et moyens d’action.
  2. Les « Pour » que sont les professionnels de certains secteurs comme le commerce et l’artisanat, qui voient l’usage « permanent de ce statut », comme une « concurrence déloyale ».

Affaire à suivre d’ici la fin d’été…

C’est à vous chers lecteurs, répondez à cette question dans les commentaires :

  • Cette réforme à venir qui doit « requalifier » le régime auto-entrepreneur, est-elle selon vous une « bonne chose » ou au contraire, représentera-t-elle un frein à la création d’entreprise en France ?

Quel que soit le destin du régime auto-entrepreneur, je souhaite que le vôtre (de destin), soit à la hauteur de vos espérances !

cliquez ici pour commenter cet article!

Crédit photo : jurvetson / Foter.com / CC BY

++ Recevez automatiquement tous nos articles dans votre boite email :

Comments

6 réflexions au sujet de « Le régime auto-entrepreneur dans la tourmente ! »

  1. Je n’utilise pas personnellement ce statut mais des personnes dans mon entourage le font et je trouve intéressant de pouvoir se lancer dans un projet d’entreprise avec plus de facilité.
    Il reste à souhaiter que les changements prévus ne coupent pas l’nerbe sous les pieds des auto-entrepreneurs déjà installés.

    A bientôt
    Nadia

    • Bonjour Nadia,

      Oui, tout est là dans cette question, les remaniements prévues ne plomberont-ils pas les envies de créations ou des poursuites des projets en cours, pour ceux qui sont déjà auto-entrepreneurs?

      Amicalement.

      Jean-Lou

  2. Y a un bug je crois, je renvoie le commentaire…

    Bonjour jean-Lou,

    Vous en avez vraiment une bonne en France!
    J’ai beaucoup travaillé avec les Français et ce statut fut une bouffée d’oxygène pour beaucoup. Leur compliquer les choses va forcément en effrayer certains et in fine ce n’est pas du tout positif pour l’économie.
    Toutefois, je ne sais pas quelles sont les cotisations sociales pour un auto-entrepreneur qui fait ça à temps plein? si elles sont identiques à celles de quelqu’un qui le fait en complément de son job, je peux comprendre la démarche.

    Tu vois, en Belgique, nous n’avons pas ce type de statut: pas de statut VDI, pas de statut auto-entrepreneur! OU tu es salarié ou tu es indépendant (avec là des possibilités diverses: complémentaire -càd en + d’une autre activité et moyennant des cotisations sociales inférieures mais qui montent selon tes rentrées-, indépendant complet -avec des cotisations de minimum 700euro +/-/3mois, et puis en société -sprl, sa) Et si tu es au chômage, tu ne peux pas prendre un statut complémentaire et donc tu dois passer indépendant temps plein si tu veux démarrer ton affaire (sauf si tu l’avais déjà au-moins 3 mois avant d’être licencié: alors tu peux le garder et exercer en soirée)

    Bref, la situation n’est pas meilleure chez nous 😉

    Bonne journée,
    Héloïse

    • Bonjour Héloïse,

      Pas mal de boulot du coup, un manque de temps pour répondre aux commentaires, voilà, voilà j’arrive…

      No problème pour le « bug », j’avais bien eu les deux.

      C’est vrai que le statut A.E a donné quelque chose de bon en France. Malheureusement, ce qui semble « bien », bizarrement un jour ou l’autre, tu trouveras toujours un petit malin pour dire que l’on peut faire encore mieux, mais de mieux dans ce cas précis…, le rendez-vous sera-t-il à la hauteur ?

      Être A.E à temps partiel ou temps plein a ses avantages ou ses inconvénients, selon l’idée que l’on se fait de ce régime particulier bien sûr et surtout en fonction des bouleversements souhaités par le Gouvernement actuel (?)

      Exemple et pour ce qui est d’aujourd’hui :

      – A temps partiel (cumul avec une autre activité professionnelle) l’on a la possibilité de gagner des trimestres supplémentaires pour la retraite et les cotisations sont fonctions aussi du chiffre d’affaires réalisé.

      – A temps plein, les cotisations sont aussi en fonction du C.A réalisé et l’on bénéficie de caisses spécifiques (RSI) ou (Cipav)= pour plus d’infos notamment sur les pourcentages liées à chaque cas, je « botte en touche » pour t’inviter à consulter ces caisses (ici, l’espace serait bien trop mobilisé pour tout expliquer).

      En France, au niveau de l’administration l’on dit : « pourquoi faire simple quand on peut faire compliquer ». Tu vois le genre…

      Certes, tout n’est pas rose non plus chez vous, mais sans doute que des expériences des uns et des autres pays, l’on pourrait mieux définir « l’idéal statut professionnel » pour une indépendance et création, sans prise de tête ?

  3. Ping : L'entreprise individuelle mérite : Respect et encouragements !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.