Végétarien, Végétalien I l’Avenir sans viande est-ce possible??

Dans un avenir qui ne serait pas trop lointain, devrions-nous tous être Végétariens (aucune consommation de viande)

ou avec un petit effort supplémentaire…,

tous Végétaliens (aucune viande ni produits issus de l’élevage animal, y compris la chair de poisson)?

Le très célèbre Albert Einstein n’a t-il pas dit?:

« Rien ne peut être aussi bénéfique à la santé humaine et augmenter les chances de survie de la vie sur terre, que d’opter pour une diète végétarienne. »

L’idée Végétarienne est-elle si « pleine de folie » que cela en 2012?

  • Manger de la chair animale est-ce vraiment une nécessité pour l’homme?
  • Augmenter toujours plus, les élevages industriels d’animaux et faire de leur courte vie, l’antichambre d’une mort programmée, est-ce moralement « humain » en soi?
  • Alors que la population mondiale croît de manière alarmante (Selon les Nations Unis, nous sommes plus de 7 milliards d’humains)…, poursuivre avec une logique de consommation de viande, revient à créer un impact catastrophique sur la planète.

Pour ma part, je vous mentirai en disant que l’appétit est toujours présent devant une tranche de foie gras, un morceau de viande de mouton, des escargots, ou même une tranche d’escalope ou bifteck…. ….,

et je ne vous parle même pas de viande chevaline, que j’ai en horreur, portant le cheval au firmament de la beauté et de l’intelligence animal.

Quand je pense, combien ce compagnon fidèle a pu rendre service à l’homme depuis des siècles et encore de nos jours…, je n’arrive pas à comprendre (???), comment on peut le tuer et le manger?

Vous mangeriez votre meilleur (e) ami (e) vous??

Pourtant, je ne suis pas quelqu’un qui refuse les bonnes choses de la table. En fait, je ne suis même pas sûr, qu’opter pour une vie totalement végétarienne, soit si facile que ça à franchir!

Mais ce dont je suis convaincu, c’est:

  • Que le contenu de nos assiettes, n’est certainement pas ce qui rend le plus service à notre santé, pas plus et pour cause…, ni aux animaux que nous dévorons depuis des lustres.
  • Que des alternatives alimentaires sont non seulement possibles mais surtout: nécessaires pour le bien de la planète.

L’homme depuis des temps ancestraux mange de la viande

Oui, c’est vrai que notre ancêtre l’homme préhistorique, après avoir connu les joies de la cueillette de fruits, se mit à chasser le mammouth pour se nourrir. Puis, il s’adonna en plus au cours du Paléolithique moyen (- 300 000 ans/ -30 000 ans) ) et supérieur (- 30 000 ans/ – 12 000 ans), au plaisir de la pêche.

Mais c’était il y a bien longtemps et nos besoins et habitudes alimentaires n’ont plus rien à voir, pas plus que notre condition physique et sa surveillance médicale. L’homme d’antan bougeait, courait, risquait  parfois souvent sa vie, pour avoir de quoi festoyé suffisamment lui et sa tribu.

Ceci évidemment, jusqu’à la prochaine tentative de chasse avec le risque évident, que de chasseur, il devienne…: gibier. Pauvre de lui! Rien n’était facile pour ce parent très éloigné. Pour lui, s’offrir le luxe d’un choix uniquement végétarien, n’était purement et simplement pas envisageable!

Les cultures n’étaient pas encore maîtrisées et la chasse était une ressource calorique, forcément indispensable.  A notre époque encore, certaines populations qui vivent dans les régions pauvres du globe, n’ont toujours d’autres choix que de chasser et pêcher pour se nourrir. Nous n’allons pas leur jeter la pierre.

Reste une certitude plausible:

  • Que ce qu’ils mangent, est certainement plus sain que ce que nous avalons nous mêmes…, depuis notre tendre enfance.
  • Qu’ils tuent uniquement le gibier nécessaire à leur consommation (ni plus ni moins) contrairement à notre société « moderne » qui est la « Reine du monde » en terme de « gâchis en tous genres »

En Europe, comme pour beaucoup de pays riches dans le monde, l’alternative « au tout viande » existe, encore faudrait-il qu’il y ai une réelle volonté, pour réaliser ce changement!

Que représente la consommation moyenne annuelle d’un consommateur (et amateur) de viande et de charcuterie en Europe? Deux exemples:

Le consommateur Français:

  • 21.5 kg de viande bovine
  • 5 kg de viande ovine
  • 12 kg de poulet + 12 kg d’autres volailles
  • 10 kg de viande porcine
  • 14.5 kg de charcuterie
  • 5 kg de jambon

Le consommateur allemand, en moyenne c’est:

  • 65 kg de viande
  • 35 kg de charcuterie

L’homme moderne est la « victime » de sa propre surconsommation de viande animal, imaginez un peu:

  • La consommation en viande par un seul français, cause la déforestation de 16 m² en Amazonie.
  • L’alimentation animale est constitué principalement de soja (74%) dont une partie est issue d’OGM provenant du Brésil
  • L’élevage intensif de bovins c’est 30 % de surfaces terrestres « réservées » à cette filière.
  • Les animaux laitiers et pour la boucherie c’est 20% de la biomasse animale.
  • Ce secteur est responsable de 18 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
  • En tenant compte des naissances et décès, ce sont: 200 000 nouvelles personnes de plus chaque jour (2.4 personne supplémentaires par seconde!) dans le monde, qu’il faut nourrir!

Au regard de ce constat alarmant, le Végétarisme et/ ou le Végétalisme sont-ils si dénués de sens que cela?

Pour beaucoup de défenseurs de l’alimentation où la viande tient une grande importance, c’est l’évidence. Pour ces personnes « un repas sans viande ce n’est pas un repas! »

Nous sommes en France et la Gastronomie mondialement connue de notre pays, prêche en la faveur de la pièce de boeuf plutôt que celui d’un bon plat de légumes frais, accompagnés par exemple…, de Nuggets, boulettes ou escalope de Tofu.

Néanmoins, pour séduire l’amateur de viande, « La Recherche »: (Pays-Bas, Allemagne et autres pays…) mise sur ses efforts pour concevoir des produits notamment à base de soja, dont la structure nutritionnelle rappellerait celle de la viande. Les progrès dans ce domaine sont très encourageants.

Mais la démographie sans cesse en augmentation, pose déjà le les problèmes de la surexploitation de l’espèce animale, dans notre façon de nous alimenter.

Consommer autrement que par l’élevage intensif et l’abattage d’animaux, est-ce si utopique que cela? Les partisans Végétariens et Végétaliens au coeur de leur combat pour une alimentation plus respectueuse d’un juste équilibre planète/ humains/ animaux, en sont convaincus.

Les connaissances sur les propriétés nutritionnelles (protéines, glucides…) des produits naturels que constituent l’alimentation équilibrée du végétarisme en général…, devraient faire pencher la balance vers une prise de conscience sur ses bienfaits!

Au constat qu’en Europe, l’importation du soja est principalement destinée à l’alimentation animal (55 % de sa production mondial), alors qu’en terme nutritionnel, il a tout pour remplacer la viande…., est effarant!

L’urgence de modifier nos habitudes alimentaires

Partout dans le monde, l’idée fait son chemin au sein de la communauté scientifique. Non seulement pour des raisons élémentaires de qualité de la nourriture que l’on ingère, mais aussi et surtout, comme cité plus avant…., en raison de beaucoup de paramètres inhérents à l’élevage:

  • Gaz à effet de serre: Selon l’INRA, en France, l’agriculture serait à l’origine de 70 % des émissions de méthane (CH4): l’Elevage des ruminants (vaches, moutons…) tenant une part importante sur ce phénomène qui, ne l’oublions pas, contribue au réchauffement climatique, tant évoqué ces dernières années.
  • Surfaces d’exploitations d’animaux toujours plus importantes, pour la viande bien sûr mais aussi, pour la fabrique des nombreux produits dérivés (produits laitiers, oeufs, lait…)
  • Toujours plus de personnes sur terre = plus de productions = plus de pollution…, pour subvenir aux besoins alimentaires de chaque terrien!

« En parallèle de cet enjeu alimentaire capital, une plus grande considération du respect de l’animal et de sa vie , est  indispensable! »

Une chose est sûr, des alternatives à la consommation de viande existent, et l’alimentation végétarienne a des réponses à un mieux vivre élémentaire et sain. Il ne tient qu’à l’homme de développer ce secteur, d’adapter sa production, sa consommation, a ses besoins, c’est évident…mais aussi et c’est là tout son intérêt…, au respect de son environnement!

Reste que si l’homme venait à franchir ce Cap Alimentaire Important, pour le bien de la planète et pour lui-même…,  il a dès maintenant et non demain: un autre défi à relever et pas des plus simples à envisager:

Celui de la mutation de nombreux emplois du secteur de l’élevage et de la boucherie. Ce sont des millions d’emplois en comptant toutes les filières qui gravitent autour du « marché de la viande » qui seraient touchés et ceci…, pour chaque pays!

Pas simple je vous dis!

Et vous-même cher lecteur:

  • Ferez-vous un jour le saut vers le végétarisme ou pas??

« Nourrissons de nos souhaits cet objectif sain et respectueux de la nature: pour nous et pour le bien des générations futures…, qui seront toutes composées de nos descendants! C’est l’évidence même! »

A bientôt !

++ Recevez automatiquement tous nos articles dans votre boite email :

Incoming search terms:

  • végétarisme possible ?
  • une alimentation sans viande est-elle envisageable?

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.